Un deuxième cerveau pour relire ses textes

Quel cauchemar que de se relire jusqu’à ce que nos yeux sèchent ou, pire, saignent de fatigue, la veille d’un deadline.

Pour remédier à cette douloureuse situation, en 2015 l’AJIQ a constitué un bassin de relecteurs prêts à lire, corriger et commenter les textes des journalistes membres de l’AJIQ. Gratuitement. Même s’ils sont des journalistes tout aussi occupés que vous et moi, Paule Beaugrand-Champagne, Mathieu-Robert Sauvé, Gabrielle Brassard-Lecours et plusieurs autres professionnels de la plume vous donnent un peu de leur temps afin d’alléger votre tâche de relecture, étape cruciale à un article bien fait.

Pour profiter de ce service, les membres n’ont qu’à contacter Valérian Mazataud (val@focuszero.com) qui transférera votre texte à relire au relecteur le plus pertinent. Évidemment, n’attendez pas à la dernière minute ! Donnez au mieux quelques jours ou au moins 24 heures à votre relecteur pour qu’il ait le temps de placer la relecture dans son horaire.

N’hésitez pas à tester le service ! Parce qu’ensemble, on fait un meilleur texte.

Ecrire une Réponse