Rétrospective 2015

Par 17 décembre 2015Actualités

L’année 2015 aura été marquante pour l’Association des journalistes indépendants du Québec (AJIQ). Pour la première fois depuis 5 ans, tous les postes ont été comblés au conseil d’administration, dont la présidence qui avait été vacante pendant deux des trois dernières années. Toute l’équipe est mobilisée autour de la vision proposée dans les orientations 2015 :

 

Après 25 ans d’existence, l’AJIQ est plus pertinente que jamais : elle défend l’indépendance des journalistes face aux pressions économiques et politiques qui s’exercent sur le métier et elle participe, par son action et son discours publics, au renouvellement des perspectives sur le journalisme indépendant et à l’évolution des pratiques journalistiques contemporaines.

 

À l’heure de la crise des médias, l’AJIQ cherche à proposer des solutions aux problèmes que connaît le milieu journalistique et dont les journalistes indépendants sont les premiers à faire les frais.

 

L’AJIQ a ainsi lancé cette année deux nouvelles bourses offrant des stages rémunérés au magazine L’actualité et dans les publications économiques de TC Média. Ces bourses sont, rappelons-le, le fruit du règlement d’un recours collectif intenté en 1999 contre plusieurs éditeurs de périodiques pour des violations de droits d’auteur.

 

Devançant les débats déontologiques soulevés par « l’affaire David Desjardins », l’AJIQ dénonçait déjà l’hiver dernier les pratiques de publicité déguisée mises de l’avant par des agences de marketing de contenu. Sans condamner les pigistes qui s’adonnent à de telles pratiques, l’AJIQ soulignait l’importance pour eux de ne pas engager leur crédibilité professionnelle de journaliste en signant des textes publicitaires et invitait les pigistes à insister pour que de tels textes soient accompagnés d’une mention stipulant qu’il s’agit de contenu commandité.

 

Au printemps, le retour des GPJI a permis de souligner que, malgré la précarité généralisée, les journalistes indépendants produisent une information de grande qualité et contribuent à diversifier les voix et les perspectives présentées tant dans les médias traditionnels que dans les nouveaux médias.

 

Profitant de l’été pour faire le point, le conseil d’administration s’est penché sur les enjeux et les défis auxquels fait face l’AJIQ : recrutement et adhésions, manque de ressources, difficulté à faire connaitre nos positions, etc. Parmi les retombées de cet exercice, notons l’adoption d’une ambitieuse plate-forme de revendications, présentée dans le cadre des élections fédérales de l’automne 2015.

 

En cette fin d’année, l’AJIQ a porté haut et fort ces revendications au congrès de la Fédération nationale des communications de la Confédération des syndicats nationaux qui portait sur les mutations en cours dans le monde de l’information. Les amendements récents aux statuts et règlements de l’AJIQ visent d’ailleurs à la repositionner dans le contexte des mutations en cours.

 

En se donnant pour mission « d’améliorer les conditions de pratique, de favoriser le développement professionnel et de valoriser la contribution des journalistes indépendants à la production d’une information de qualité et d’intérêt public », l’AJIQ espère rallier ses membres autour du triple objectif de freiner la précarisation des conditions de travail, de mobiliser le milieu autour d’une vision positive du journalisme contemporain et de restaurer la confiance du public envers les journalistes.

L’AJIQ s’agite
Sujets plus récents

Ecrire une Réponse